Les News

Okiya : chez Bruno Cathala, les geishas jouent au Morpion

Cet article est une publication originale de ce site

Okiya : chez Bruno Cathala, les geishas jouent au Morpion

 

Après avoir contribué à l’émergence du jeu vidéo en fondant une partie des réflexions sur le game design et la transformation d’univers narratifs en mécaniques ludiques, le jeu de société avait fini par constituer une catégorie à part, souvent cantonnée aux Monopoly et autres Cluedo. Son retour dans le domaine du « geek » n’était qu’une question de temps, surtout après son récent renouveau, qui s’est concrétisé dans des jeux plus variés, et laissant souvent plus de place au thème.

À l’occasion du test de Kingdomino, nous avions évoqué les œuvres de commande que Bruno Cathala (Imaginarium, Seven Wonders – Duel, Mr. Jack) avait réalisées pour le Grand Massif Domaine Skiable. Or si la réalisation de K-Do-mino’z lui avait inspiré Kingdomino, c’est dans l’autre sens qu’il avait créé Kizz-Kizz, en adaptant une de ses productions antérieures, le classique Okiya.

Comme Kingdomino, Okiya est édité par Blue Orange (après l’absorption de Jactalea, qui avait initialement édité le jeu), et illustré par Cyril Bouquet, mais là où Kingdomino lissait dans son univers médiéval les choix graphiques trop prononcés de K-Do-mino’z, Okiya se distingue par le soin thématique dont il a bénéficié, les okiya étant des maisons de

Retrouvez la suite de l'article original ici

 

[mr_rating_form]

Restez connecté !

Recevez gratuitement les dernières alertes sur l'actualité hardware PC




简体中文 ZH-CN Nederlands NL English EN Français FR Deutsch DE Italiano IT Português PT Русский RU Español ES